Bienvenue sur le site de notre association "Agir pour la Sauvegarde de Bry" 

UN ARTICLE DANS "LE PARISIEN" SUR LE SORT RÉSERVÉ AU PATRIMOINE À BRY

Sous le titre « Doit-on protéger les maisons remarquables ? » cet article, daté du 20 février, évoque le travail d’inventaire mené par l'association.

Naturellement, le ton de l'article est très différent de ce à quoi la revue municipale "La Vie à Bry" nous habitue ici. En effet, il n'est pas l'oeuvre de communicants qui ont pour tâche unique de défendre le bilan et les actions de la mairie, mais d'une journaliste. Marion Kremp a fait son enquête, rencontré le président de l'association, recueilli l'avis du maire, vu un propriétaire défavorable et un propriétaire favorable à la protection de leur maison. Bref, elle a multiplié les éclairages !

Bonne lecture !

UN DOSSIER SENSIBLE : L'INVENTAIRE DES BELLES DEMEURES

La mairie n'a pas apprécié notre travail autour du repérage des belles demeures de Bry réalisé par l'association ! 

Phase 1 : elle écrit le 8 décembre aux propriétaires de ces maisons pour leur dire tout le mal qu'elle pense de cet inventaire et pour inciter ces propriétaires à aller dire au Commissaire enquêteur qu'ils s'opposent à la protection de leurs demeures au titre du PLU. Résultat, celui-ci a dû ouvrir une permanence dans l'urgence le vendredi 16 décembre après-midi pour faire face à l'afflux des demandes, négatives ou... positives car certains ne l'entendaient pas de cette oreille !

Phase 2 : elle envoie le 23 janvier un nouveau courrier aux propriétaires qui s'étaient manisfestés le 16 décembre en faveur de cette protection (ou simplement sur le registre), pour insister sur les conséquences juridiques de leur approbation, et pour leur demander une prise de "position ferme et définitive par écrit". La lettre ajoute :"A défaut de retour de votre part au plus tard le 5 février 2017, nous considérerons que vous ne souhaitez pas que votre propriété soit classée". De quoi dégoûter un honnête Bryard de l'intérêt de sauvegarder sa maison, ou bien de l'exaspérer !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En fait, si l’on considère toute cette affaire, la mairie nous reproche d’avoir réalisé un inventaire, celui des demeures remarquables, que le préfet, dans son « Porter à connaissance » (inclus dans le dossier du nouveau PLU) lui demandait d’effectuer, ce qui ne manque pas de sel...

Explication : Le « Porter à connaissance » est un document émanant de la préfecture. C'est une liste des attentes du préfet sur le contenu du PLU. On peut y lire ceci dans la partie "Eléments réglementaires et informatifs" : « Concernant le patrimoine bâti local, la ville de Bry sur Marne dispose d’éléments de très grande qualité qui mériteraient une protection au titre de l’article L.123-1-2-III-2° du code de l’urbanisme. L’élaboration du PLU doit être l’occasion d’établir un inventaire exhaustif des bâtiments remarquables de la commune sachant que des bâtiments remarquables non protégés ont été identifiés. La liste complète est accessible sur le site du Ministère de la Culture et de la Communication dans la base de données Mérimée ».
Encore mieux, dans la partie "Attentes particulières de l’Etat", il est précisé à propos du patrimoine : « Des bâtiments remarquables non protégés ont été inventoriés sur la commune par le service de l’inventaire général du patrimoine culturel (...). Cette liste d’un peu plus de vingt bâtiments est un premier inventaire pouvant être le point de départ d’une réflexion plus large et thématique de la commune sur ses patrimoines à protéger (patrimoine public, religieux, industriel, artisanal, de villégiature, funéraire, statuaire...) »  [c'est nous qui soulignons].

Par ailleurs, la mairie leur a bien caché que cet inventaire n'était qu'une proposition de classement, les laissant croire qu'il s'agissait d'un classement d'office de notre part. Ici la lettre du maire contre l'inventaire (en téléchargement). D'où, on l'imagine aisément, l'inquiétude des habitants de ces maisons !

Pris ainsi à partie publiquement, l'association a fait parvenir, à la fois au Commissaire enquêteur et au maire, la réponse que voici. On le voit : tous les arguments de la mairie ne font que traduire sa profonde ignorance du dossier...

Moralité : en réalité la mairie s'oppose à la préservation de notre cadre de vie !

Emmanuel Copin, 19 février 2017

REMISE DE LA PÉTITION DES 1603 AU MAIRE

L'association a rencontré le maire de Bry vendredi dernier pour lui remettre la pétiton-monstre signée par 10% des habitants de cette ville !

Lors de l'entretien qui nous a été accordé, nous avons réitéré nos demandes de voir l'avenue de Rigny maintenue dans sa zone originelle UE. Nous avons insisté pour une réelle prise en compte des demeures remarquables ainsi que des arbres centenaires protégés au titre du PLU, non seulement dans cette avenue mais également dans toute la ville. Les services municipaux n'ont plus guère le temps de la réflexion puisque le nouveau PLU doit être entériné, nous a t-il été dit, dès le 20 mars prochain par un vote au Territoire. Nous avons protesté contre cette précipitation.

 RÉVISION DU PLU DE LA VILLE
INQUIÉTUDES EN ATTENDANT LE RAPPORT DE LA COMMISSION D'ENQUÊTE

La mairie n'a finalement que très peu modifié sa copie, et ce n'est pas à la hauteur des espérances soulevées par le succès de notre pétition.
Qu'avons-nous obtenu au jour d'aujourd'hui ? Le bilan est mince. Autant que l'on puisse le savoir, et nous n'en savons pas plus que ce que nous en dit la revue municipale de février, l'avenue de Rigny rétrograderait au statut de UBB qui n'est qu'un zonage UB (immeubles) un peu retouché, au lieu de UE (pavillonnaire).

Traduction : par rapport à l'existant UE, c'est une hauteur des constructions qui passe de 11 à 12 mètres et une part minimale d'espaces verts qui devient 40%, au lieu d'actuellement 50. Le projet initial UB indiquait 30%, on n'est qu'à mi-chemin... en apparence seulement. En effet, si on étudie le dossier d'un peu plus près, voici ce que l'on découvre :
Article 9.1.6 du PLU projeté de la zone UB et UBB, p. 58-59 du futur règlement : "Si les façades excèdent une longueur de 20 mètres, elles devront comprendre des dispositifs architecturaux destinés à rompre la monotonie du linéaire par un traitement séquentiel (décrochés, différences de parements ou de couleurs, composition, par exemple). Cette disposition ne s’applique pas aux équipements publics et d’intérêt collectif".
 
Décryptage : contrairement à la zone UE, qui prévoit un retrait obligatoire de 2'50 sur au moins une des limites latérales, rien de tout cela en zone UB (ou ses sous-produits UBB, UBA, UBC...) : l'effet obtenu sera un ruban d'immeubles continu. Un simple changement de teinte dans les façades et le tour est joué! Et cela parce que les longueurs ne sont pas limitées. Nous devrons supporter en outre par rapport à aujourd'hui des hauteurs d'immeubles augmentées d'un mètre. Nous sommes très loin de ce qu'affirme la revue municipale : " Cette zone « UBB » revient à peu de choses près à conserver l’actuel zonage en « UE ». 
La preuve que non !

Plus ennuyeux, c'est la signification même d'UBB qui interpelle. Il est bien dit dans la partie du PLU intitulée "Justification des choix retenus" que cette zone UBB vise à enclencher "une densification progressive et limitée", en jouant "un rôle de transition douce". Cette densification "est amenée à être progressive à proximité des tissus pavillonnaires". Son but est de "faire évoluer" ces tissus.   
Il faut un décodeur, le voici  : UBB est donc une transition vers UB, non seulement dans l'espace mais aussi dans le temps. UBB aujourd'hui, UB dans 8-10 ans, lors de la prochaine révision du PLU...
Pour s'en tenir à l'aspect seulement spatial de la transition voulue, on s'interroge encore sur sa pertinence, sachant que l'avenue en UBB est totalement isolée entre deux secteurs UE, le secteur situé vers la Marne et le secteur situé autour de la rue du maréchal Joffre. 

Plus fondamentalement, le changement de zonage de cette avenue repose sur l'idée selon laquelle l'avenue de Rigny serait un axe structurant. Ce qu'elle n'est pas. C'est une simple voie interne mal desservie par les transports en commun, sans activité commerciale, sans présence d'équipements publics. Vers la Marne, elle bute sur le quai, dans Noisy elle s'achève sur une impasse. Puisque le présupposé "axe structurant" ne tient pas, l'avenue n'a pas à changer de zonage.

Dernier point, les attentes de l'Etat. Le "Porter à connaissance du préfet" en fixe les attentes et il est clair. Il ne distingue qu'un seul secteur à fort potentiel de densification, celui de la future gare Bry-Villiers-Champigny. Ailleurs dans la ville, il se contente d'un objectif situé entre 10 et 15 % de densification. Or, nous soutenons que l'actuel classement UE suffit pour y arriver. Il permet déjà la création de petits immeubles collectifs, ainsi celui du 49.

La pétition monstre de plus de 1600 signatures est pourtant claire : elle s'oppose au changement de zonage de cette avenue. En voici le texte :

SAUVONS L'AVENUE DE RIGNY !

"Un nouveau PLU a été décidé par la mairie. Il prévoit un changement de zonage pour l’avenue de Rigny : il permettra la construction d’immeubles de cinq étages.

Cette densification urbaine massive aura de graves répercussions sur notre environnement et notre patrimoine. Les grands arbres qui font le cachet de cette avenue disparaîtront.
Les belles demeures héritées des siècles passés, témoins de la richesse architecturale de notre ville, seront démolies.
En outre, cette avenue se situe en zone inondable : en multipliant le nombre des habitants, on augmentera les risques.
Dernière contradiction : les périmètres de protection du gymnase Léopold Bellan et de l’hôtel de Malestroit concernent une partie de l’avenue. L’insertion harmonieuse de ces monuments dans leur environnement ne sera plus assuré.

Pour toutes ces raisons, nous nous opposons au changement de zonage de cette avenue."


Hormis le scandale de l'avenue de Rigny, deux points du futur PLU ont retenu notre attention.

Se reporter à la partie dédiée au projet de PLU intitulée "Le PLU en discussion"

19 février 2017

Pétition avenue de Rigny :  Au compteur : 1603 signatures !

N'ont été comptabilisés que les Bryards, mais merci aux autres habitants qui aiment notre ville, qui s'y promènent et qui ont tenu à signer !

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Notre AG 2016

Elle s'est tenue le samedi 18 février. Parmi les points à l'ordre du jour, le rapport sur l'année 2016, bientôt distribué aux adhérents. D'une façon générale, discussion sur le projet du nouveau PLU.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Demandes de PC : marche à suivre :

Un permis délivré par la commune vous interpelle ? Envoyez d'abord une demande de copie par courriel, afin de marquer la date de votre demande et faire courir les délais de réponse. En cas d'urgence, si vous voulez voir ce qui se concocte, allez directement au pôle urbanisme, vous pourrez au moins photographier ce qui vous intéresse dans le dossier. 

La communication électronique du PC est obligatoire et gratuite. On ne doit pas vous opposer de refus car tous les documents administratifs sont communicables. Vous pouvez vous appuyer sur l'article L.311-1, 2 et 9 du code des relations entre le public et l'administration. 

On pourrait vous dire que le délai de réponse est d'un mois, cependant le référentiel Marianne auquel sont soumis les adminitrations indique ceci dans son engagement n°7 : "Nous répondons de façon claire et précise à vos demandes (...) dans un délai maximum d'une semaine lorsqu'elles sont adressées par voie électro-nique, deux semaines lorsqu'elles sont adressées par courrier". Certes, cet engagement n'a pas force de loi mais à trop l'ignorer, l'administration locale se mettrait clairement en dehors des usages recommandés.

Attention : ne demandez qu'un seul PC par courriel.

Pour toutes précisions, se rapprocher de notre association.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

17 décembre 2016

Au total, le commissaire enquêteur s'est vu remettre 3 inventaires : celui des "demeures remarqua-bles" de Bry, celui des  "petits élé-ments de notre patrimoine"  et enfin celui des "arbres remar-quables" à protéger dans une démarche similaire à  celle des belles demeures, et notre pétition de 1022 signatures (à l'époque) contre le changement de zone de l'avenue de Rigny .

°°°°°°°

Au siège social de l'association 10 rue du Parc - angle avec la rue du Petit Castel le samedi de 10 h à midi, "Cabinet de lecture" : venez consulter nos tirages papier du PLU projeté et autres documents qui permettent de le mettre en perspective : SDRIF, PPRI, CDT, SRCE et le Porter à connaissance du Préfet...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

15 juillet

Un combat en commun : Depuis cette année, une nou-velle structure coiffe notre ville. C'est l'établissement public ter-ritorial  ParisEstMarne&Bois. Il regroupe 13 communes situées entre Vincennes et Bry. Le chef-lieu est Champigny. Un Conseil de Territoire, composé de Conseillers territoriaux l'administre. 

Face à cette réorganisation, nous nous regroupons égale-ment. Nous avons régulière-ment des réunions de travail avec plusieurs associations dont les buts sont semblables aux nôtres. N'hésitez pas à visiter leurs sites. Vous consta-terez combien nos combats sont proches. En voici les liens :

  • L'Association des Nogentais  de Nogent-sur-Marne AdN
  • L'Association pour la Sauvegarde de l'Environnement de Polangis et du quai de la Marne de Joinville-le-Pont ASEP

-----------------------------------------------

Le patrimoine, partout on s'en soucie. Ainsi le cimetière de Bry, qui a fait l'objet d'une notice dans un site internet très consulté et que nous vous proposons de découvrir.

Lorsqu'il y a démolition, ce ne sont pas seulement des monuments que nous perdons, mais aussi une partie de notre histoire et faut-il le dire, une partie également de nous-mêmes.

-----------------------------------------------

Notre forum

N'oubliez pas le forum de notre site. Lancé le 16 avril 2010, il permet aux Bryards de parler librement de ce qui se passe à Bry.
On rappelle que l'opinion des posteurs n'engage qu'eux et ne reflète pas obligatoirement celle de l'association.

-----------------------------------------------

Qui est derrière ce site ?

Le président de cette association : Emmanuel COPIN, agrégé d'histoire-géographie (professeur de lycée), ancien élève de l'École du Louvre. Il est l'auteur de l'ensemble des articles publiés sur ce site. Si certains veulent écrire, bienvenue !

A quoi je ressemble ? Si vous en êtes curieux, je vous propose un petit jeu de piste : mon portrait se trouve à deux endroits... Profitez-en pour visiter toutes les pages de ce site !

Trésorière : Madame Danièle GOMBERT.