4.- SI ZOLA REVENAIT À BRY-SUR-MARNE

Le célèbre écrivain est chez lui à Bry-sur-Marne depuis qu'une de ses citations sur l'école orne le fronton du collège Henri Cahn.

Zola et les jardins...

Le grand homme jugerait sans doute avec une certaine sévérité ce qui se passe actuellement dans notre ville.
En effet, au détour d'un de ses nombreux romans ,"l'Argent" par exemple - ça ne s'invente pas, n'est-ce pas Messieurs les promoteurs ? -, on peut y découvrir ce qui attend nos jardins, à la vitesse du bouleversement de nos quartiers...
Le livre évoque une ancienne maison qui se trouvait enclavée parmi les constructions de la rue :

"Les quelques beaux arbres du jardin restaient là comme au fond d'un puits, la mousse mangeait les marches du perron, émietté et fendu. On eût dit un coin de nature mis en prison, un coin doux et morne, d'une muette désespérance, où le soleil ne descendait plus qu'en un jour verdâtre, dont le frisson glaçait les épaules".

Est ici effectivement retracée l'agonie de nos jardins bryards, enclavés derrière les hauts murs autorisés par le PLU, entre deux ou trois de ces immeubles standardisés qui bétonnent le paysage.
Des jardins dont la perspective est de devenir "des puits humides étranglés entre les maisons voisines" et où il ne fera plus bon vivre. Est-ce cela la Vie à Bry ?


                                                                                                                                                    Emmanuel Copin, 30 mai 2010.