8.- Prévention et précaution : ne pas confondre

2.-AMÉNAGEMENT ET RÉHABILITATION DES BERGES DU QUAI FERBER

"Aménagement et réhabilitation des berges du quai Ferber", une opération fort utile en vérité car les berges ou plus exactement les digues destinées à garantir les riverains des crues toujours possibles de la Marne étaient en mauvais état.

Qu'on en profite pour "requalifier" comme on dit les végétaux, c'est-à-dire tout simplement les réhabiliter, tant mieux, ce sera un progrès pour les promeneurs sensibles au spectacle de la nature.

La zone est classée inondable au titre du PPRI - Plan de prévention du risque inondation. Cela signifie que la Marne est potentiellement dangereuse. C'est du reste pour cette raison que la digue, c'est à dire le barrage élevé le long de la rivière, s'était au fil du temps dangereusement affaibli, rongé par les eaux. On sait ce qu'il advient lorsque ce type d'ouvrage protecteur cède. C'est tout de suite la catastrophe, sinon pour les personnes, en tout cas pour les biens. Il faut donc être vigilant, ne pas s'endormir derrière des certitudes du genre " ça n'arrivera jamais ! ".

Il faut aussi disposer des sommes nécessaires dont on nous dit ici qu'elles se montent à plus de deux millions d'euros. En temps de crise économique comme la nôtre, les fonds s'amenuisent, les travaux sont différés. On est tenté de remettre au lendemain certaines dépenses et de hiérarchiser les urgences. On sait que même dans des pays aussi riches que les Etats-Unis, à défaut du manque de moyens, c'est la négligence a provoqué des drames. Les digues finissent toujours par sauter un jour. Qu'on se souvienne du désastre de la Nouvelle-Orléans...

La vision "techniciste", c'est-à-dire cette attitude qui consiste à croire qu'un certain nombre de travaux de protection suffisent à résoudre la question des risques, conduit en fait à permettre l'urbanisation les zones inondables puisqu'on feint de croire que tout danger est écarté. C'est ce qui s'est passé sur le quai Ferber et c'est ce qui menace d'une manière générale les bords de Marne... On sait que les promoteurs sont particulièrement attirés par les fronts de rivière au foncier encore assez lâche et au cadre de vie recherché pour la vue qu'elle procure du haut d'un balcon...

Résumons-nous : cette réhabilitation est la bienvenue, mais qu'elle ne soit pas le prétexte pour densifier la zone ! Quand une zone est vulnérable du fait de la présence humaine, la seule solution durable est de réduire cette vulnérabilité. C'est l'esprit du PPRI. Pour cela, il ne faut pas densifier davantage, à défaut de densifier tout court.

Nos lecteurs connaissent le projet du 99 quai Ferber. Une de nos études lui a été consacrée - cf notre Lettre n°4 de novembre 2009. Il s'agissait de bâtir une HLM en zone inondable en remplacement d'une villa au milieu d'un parc qui a été atrocement défiguré - arbres coupés, mare détruite cf. notre article.

Nos édiles s'entêtent-ils toujours dans leur projet ? Ont-ils mis à profit les années de réflexion pour comprendre qu'ils faisaient fausse route ?

Un mot pour finir. Nous ne jugeons jamais des personnes, seulement de leurs projets.

                                                                                                                                                                                                                                     Emmanuel Copin, 18 janvier 2013

°°°°°°°°°