Bienvenue sur le site de notre association "Agir pour la Sauvegarde de Bry" ... !

POUR COMPRENDRE LE CDT

Nous avons rencontré à deux reprises la commissaire-enquêtrice les 15 et 30 octobre, jours de permanence. Lors de la 1ère visite, nous lui avons remis notre Lettre de l'association n°25.
Quelques extraits pour que le lecteur puisse comprendre les enjeux de l'enquête publique:

Pourquoi un CDT à Bry?
L'article 1er de la loi sur le Grand Paris de 2010 a mis en place en banlieue parisienne un nouvel outil d'urbanisme, les Contrats de développement territoriaux, autour des futures gares du nouveau réseau de transports (la ligne 15), principalement lorsque celles-ci sont implantées sur le territoire des « pôles économiques majeurs » ou « clusters » créés dans la foulée. C'est ainsi qu'en région parisienne ont été définis une dizaine de ces clusters, chacun étant dédié à un thème particulier. Notre cluster doit se développer autour du concept de « la Ville durable », avec pour locomotive la cité Descartes à Champs-sur-Marne. Il vise à regrouper les entreprises d'une même filière et de les mettre en réseau afin favoriser l'innovation dans ce domaine. Ce pôle économique majeur regroupe quatre CDT, couvrant l'espace situé entre Fontenay et Chelles. Le nôtre, le « CDT des Boucles de la Marne », regroupe les quatre communes de Bry, Champigny, Villiers et Chennevières.

La chaîne SDRIF - CDT - PLU
Les CDT (22 sont en cours de réalisation) traduisent à une échelle locale la réglementation du SDRIF ou schéma directeur de la région Ile-de-France publié tout récemment, en décembre 2013 et qui vise d'abord à organiser le Grand Paris. Notre CDT est donc un petit morceau du SDRIF pour lequel ont été précisés ses objectifs généraux, adaptés aux réalités locales. Les CDT équivalent aux Scot ou Schémas de cohérence territoriale nés en l'an 2000 et qui se sont multipliés partout, sauf en région parisienne. Comme le Scot , le CDT s'effectue sur un périmètre regroupant plusieurs communes et a pour but d'accélérer les procédures d'urbanisation. Il est très directif en ce sens qu'il coiffe les PLU locaux, lesquels ne devront plus seulement être compatibles, mais conformes à ses prescriptions. Ainsi, le PLU de Bry devra s'aligner prochainement sur les opérations figurant dans le CDT, avec toutes les contraintes que cela suppose.

POUR PRENDRE CONNAISSANCE DU CDT


L'association s'est souciée donc de ce que la mairie n'a pas daigné faire, c'est-à-dire de permettre un accès rapide au document lui-même. Nous l'avons découvert sur un site d'Europe Ecologie Les Verts, en format pdf que nous avons téléchargé et que nous vous livrons ici. Cliquez sur le bouton ci-après :
CDT Boucles de la Marne

NOS OBSERVATIONS PORTÉES SUR LE REGISTRE [EXTRAITS]

Enquête publique sur le contrat de développement territorial

Contribution de l'association au débat



1.- Information des habitants à Bry-sur-Marne
a) Difficulté de se procurer le document objet de l'enquête publique
L'information des Bryards concernant le CDT repose principalement sur deux documents promotionnels distribués dans les toutes boîtes aux lettres de la ville. Ces documents sont pour la majorité des habitants leur seule source d'information. Il s'agit d'abord d'une " Lettre du Maire " datée de septembre 2014 (mais distribuée seulement le 27 septembre, soit la veille seulement du début de la consultation) et de la revue mensuelle locale " La Vie à Bry " d'octobre 2014 (distribuée le 1er du mois) dans laquelle le CDT est évoqué p. 5.
Ces publications ont pour unique objet de défendre la position du maire de Bry. Elles ne renvoient que de façon indirecte au CDT lui-même, mettant par exemple sur le même plan (p. 5 en encadré) le commentaire du maire et le document de base devant servir à l'examen du public (seul l'avis d'ouverture de l'enquête est évoqué). Le CDT y est présenté comme disponible uniquement en mairie pendant la durée de l'enquête publique.
Le site officiel de la ville reprend la même argumentation et ne permet pas davantage l'accès au CDT lui-même. Un lien renvoie sur le site de la région Ile-de-France mais seulement en page d'accueil, ce qui rend la consultation du document très difficile, l'internaute étant rapidement noyé dans les méandres d'un site particulièrement touffu. Il aurait été bien plus simple pour la mairie de télécharger l'ouvrage de façon à rendre sa consultation directe par le public. Cette carence doit être soulignée.

b) Non-information de la mise à disposition du public d'un "registre électronique"
La mention par la " Lettre du Maire " de la possibilité d'adresser son avis par mail au Commissaire-enquêteur n'a pas du tout la même portée qu'aurait eu la mention d'une mise à disposition des habitants d'un " registre électronique " s'ajoutant au registre manuel classique en mairie. " Votre avis compte " est-il claironné à l'intention des Bryards dans les deux publications locales. Laisser croire que la seule manière de le donner est de venir en mairie, c'est en interdire l'accès à de nombreux habitants qui ne peuvent se déplacer en semaine. La encore, la carence de la maire doit être soulignée. Dans ces conditions, la consultation ne peut atteindre cet objectif de base, celui de pouvoir recueillir l'avis du plus grand nombre.

[...]

4.- Demande de précisions fiches 5 "Aménagement du quartier de la gare Bry-Villiers-Champigny" et 25 "Création d'une offre de logements étudiants"
La fiche 5 évoque dans la rubrique " description " une résidence étudiants de 120 logements. La fiche 25 une résidence pour étudiants de 200 studios au sein de la ZAC des Fontaines-Giroux. S'agit-il de la même opération ?

5.- Attractivité directe de 600 mètres autour de la gare de Bry-sur-Marne sur le RER A
Le schéma de la p. 41 prévoit la mise en place d'une zone d'attractivité directe de 600 m autour de la gare de Bry sur le RER A. Le SDRIF précise, d'une manière générale, que ce type de zone est voué à la densification. Or, s'agissant d'une ligne dont l'état de saturation est avéré, il ne semble pas logique d'y accentuer la densification via la construction de nouveaux logements. La fiche 36 p. 136 rubrique " Description " dernier § avoue de pas se faire d'illusion sur l'efficacité des mesures destinées à améliorer les conditions de transport sur le RER A puisque, est-il dit, cela " n'aura un effet réel que s'il est associé à un rééquilibrage " des activités économiques en faveur de l'Est parisien de façon à réduire les déplacements domicile-travail. Dans ces conditions, on propose de ne pas accentuer la densification qui ne peut qu'ajouter à la pénibilité des déplacements et attendre que le rééquilibrage espéré ait lieu. Le CDT est prévu pour 15 ans seulement. La volonté de mettre en place une telle zone de 600 m devrait donc être repoussé au CDT suivant. Le cas gare du RER A est à dissocier du cas de la future gare de Bry-Champigny, située sur une ligne nouvelle. Il faudrait donc supprimer de la carte p. 41 la zone d'attractivité de 600 m autour de la gare de Bry sur le RER A.

6.- Trame verte sur schéma p. 46 " continuité herbacée majeure " à Bry
Autant qu'on puisse en juger à partir de ce seul schéma, cette continuité part du quai Ferber/chemin du Moulin de Bry et s'élève progressivement en direction de l'avenue de Général Leclerc. Auquel cas elle correspondrait à l'emplacement réservé n°8 du PLU de Bry prévoyant la création d'un cheminement piétonnier (p. 159 du PLU). Ce cheminement est prévu depuis fort longtemps et sa réalisation se heurte à des réalités qui la rendent illusoire. En effet le cheminement projeté traverse, par les jardins, l'intérieur de nombreuses propriétés tant individuelles que collectives (copropriétés), séparées à chaque fois par des murs. Jamais il ne sera possible de procéder aux transformations nécessaires. La réflexion doit se poursuivre afin de trouver un réel cheminement de substitution d'autant plus que l'on trouve " préoccupant " p.19 §3 " la pauvreté des trames écologiques entre Marne et plateau ".
Par ailleurs, la fiche 50 "Création d'une trame verte territoriale" n'indique rien pour Bry dans la rubrique " Description ", alors que les 3 autres communes du CDT ont fourni des descriptifs. Pourtant la rubrique " Porteur " mentionne Bry. Ceci donne l'impression que Bry n'agit pas dans le domaine de l'environnement.

7.- Espaces verts à Bry
Le CDT déplore le fait que la proportion des espaces verts ait diminué de près de 30% en 20 ans (p. 19 §3). Le dernier § explique " Il faut accroître le taux d'espaces verts ". L'association observe que la ville de Bry, en particulier dans la partie basse de la ville, illustre le constat d'ensemble dressé p. 48 §3 selon lequel le territoire du CDT comprend " des zones d'habitat peu pourvues en espaces verts ". Le square de Lattre de Tassigny est de taille réduite et les habitants ne disposent d'aucun autre espace avant les bords de Marne, situés à une assez grande distance. Les personnes âgées peinent à marcher si loin en direction des Bords de Marne sans trouver d'espace de repos sur le chemin. Les Bords de Marne ne sont pas l'équivalent d'un square et ne répondent pas aux mêmes besoins en termes d'aires de jeux pour les enfants. D'une façon générale, par leur aspect, ils ne sauraient être assimilables à un espace vert de type square. Il faut donc proposer la création dans cette partie de la ville d'un espace de ce type, et c'est d'autant plus indiqué que l'on se trouve ici en zone inondable, donc en zone où l'on doit éviter d'augmenter la densité d'habitations.
Aucune fiche-action n'évoque la création d'espaces verts à Bry, contrairement à ce qui se passe ailleurs. Une idée soutenue dans certaines sphères n'est peut-être pas étrangère à ce résultat : puisqu'une proportion notable des habitants possède leur propre jardinet, il est inutile, dit-on, de mettre à leur disposition des espaces verts ! Lesdits jardinets se faisant d'ailleurs de plus en plus exigus sous l'effet de la pression foncière.

8.- Précisions sur le " site d'intérêt écologique " à Bry, schéma de la p. 46
Le schéma de la p. 46 indique la présence d'une zone de ce type qui semble se situer au niveau du stade des Maisons Rouges à Bry. En quoi cela consiste-t-il ? Aucune fiche-action ne s'y réfère.

9.- Corridors écologiques
Les voies ferrées et les talus de l'A4 sont identifiés comme " corridors écologiques " permettant la biodiversité p. 19 §4. Connaissant l'intense pollution causée par l'A4, d'autant plus qu'elle est en état quotidien de saturation, on se demande quels services écologiques elle peut bien rendre. Même remarque concernant les voies ferrées. Le ballast est l'objet de traitements chimiques extrêmement puissants visant à empêcher la pousse de toute végétation. L'effet de ces produits ne se limite pas à l'espace traité et a des incidences sur l'environnement immédiat. Là encore, quels services écologiques peut-on en attendre ? Par ailleurs, l'existence de ces corridors écologiques permet de les comptabiliser comme espaces verts. Cela ressemble fort à une volonté d'aboutir coûte que coûte à des pourcentages totaux d'espaces verts artificiellement élevés de façon à justifier la densification de la ville.

10.- Agriculture urbaine
Aucune mesure en faveur des jardins potagers encore cultivés n'est envisagée alors qu'ils figuraient dans le projet accord-cadre de 2012, lequel stipulait  p. 26 chapitre 4.7 dernier § " Le maintien de zones d'agriculture en milieu urbain participe pleinement au caractère durable des villes, en ce sens, elles doivent être protégées et leur activité mise en valeur ".
La ville de Bry en compte encore en certain nombre, souvent situés en zone inondable où leur maintien serait particulièrement indiqué pour des raisons générales de réduction de la vulnérabilité de la zone, notion à laquelle le SDRIF insiste à maintes reprises, par exemple volume 2 pp. 114, 115 et 162. Extraits : " la densification urbaine est susceptible d'augmenter la vulnérabilité de la ville et de ses habitants aux risques naturels, notamment d'inondation (...). Ces enjeux sont d'autant plus prégnants dans le contexte du changement climatique ". " La conception urbaine doit pleinement intégrer les risques naturels et en particulier les risques d'inondation pour ne pas augmenter, voire pour réduire la vulnérabilité de la ville ". " Face aux risques naturels (inondations, mais aussi mouvements de terrain), il est nécessaire de réduire la vulnérabilité de l'urbanisation existante, de maîtriser et d'adapter l'urbanisation nouvelle. Il convient, sur les territoires soumis au risque d'inondation, de privilégier dans le cadre des dispositions des plans de prévention du risque inondation, une urbanisation orientée vers des systèmes moins générateurs de risques et de réduire la vulnérabilité des espaces bâtis dédiés à l'habitat, aux activités, aux équipements ".
L'agriculture urbaine est pourtant un objectif souligné p. 30 du CDT rubrique " Proposer une agriculture urbaine " à travers les " jardins potagers partagés ". Il est indispensable de faire apparaître ce désir de protection afin de voir ce point traduit dans les faits lors du futur réajustement du PLU de Bry consécutif à l'adoption du CDT.
On s'étonne également qu'aucune allusion n'ait été faite à la " Bonne de Bry ", qui selon l'office de tourisme est une " variété de prunes, spécialité bryarde considérée par les spécialistes comme un fruit exceptionnel ". Elle figure même sur le blason de la ville, à la droite de l'écu. L'office ajoute " Les vergers se trouvaient sur les coteaux. La terre du coteau argileuse et pierreuse, était favorable à ces pruniers ". Pourquoi le souci de prévoir les espaces nécessaires à leur culture n'apparaît nulle part, alors que le SDRIF vol. 5 p. 105 " Vallée de la Marne ", (colonne centrale) indique la nécessité de " préserver une part significative des vergers " ?

11.- Le territoire bleu (la Marne)
" Il conviendra de veiller à ce que les opérations d'aménagement ne menacent pas le patrimoine naturel et l'habitat de certaines espèces ", p. 48 " Territoire bleu " §1. Or, celui-ci est menacé d'une façon générale par l'insuffisante protection des Bords de Marne, particulièrement devant les îles de Bry (qui sont pour mémoire les îles d'Amour et du Moulin), dont l'existence n'est mentionnée nulle part, alors que les autres îles présentes sur le territoire de Champigny et de Chennevières le sont (p. 19).
Le " patrimoine remarquable naturel et architectural " doit, est-il dit p. 48 dernier § " être mis en valeur ". Or, aucune fiche-action, sauf peut-être la fiche 52 "Promouvoir le patrimoine naturel des Boucles de la Marne" (malgré le flou dont elle s'entoure), ne reprend concrètement cette volonté de " protection et de valorisation du patrimoine " §1 p. 48. Il faut donc qu'une fiche-action prévoie une protection plus volontariste, de type AVAP, en bords de Marne, incluant les communes de Bry et Champigny, afin de prendre en compte ces deux dimensions, naturelles et architecturales, qui sont les deux bases de la préservation du cadre de vie.

12.- Groupe-projet culture, fiche 43
Un état des lieux doit être fait en liaison avec la DRAC Ile-de-France (p. 153). Le descriptif pourrait mentionner qu'un travail de recensement du patrimoine a déjà été engagé pour Bry et Champigny. Il existe en effet un ouvrage édité dans la collection " Images du Patrimoine " n°247 - Inventaire général du patrimoine culturel, sous le titre " Bry et Champigny dans les méandres de la Marne ". A noter qu'à Bry les ouvrages recensés ne sont toujours pas protégés, faute d'inscription au PLU de la Commune, alors que ce livre date de 2007. Par exemple, la Villa, place du Parc p. 103 repère 5 de la carte a été démolie depuis. Si l'on tarde trop, les autres ouvrages recensés disparaîtront. Le CDT doit donc être plus explicite afin, là encore, de peser lors de la révision future du PLU de Bry.
Par ailleurs, l'association espère être consultée lors de cet état des lieux.

13.- Le devenir du gymnase Léopold Bellan (Bry)
Menacé de démolition car non inscrit au PLU de Bry, cet ouvrage remarquable a été inscrit en toute urgence au titre des Monuments historiques par arrêté du 26 novembre 2008. Malgré cela, il reste aujourd'hui encore abandonné et son état inspire les plus vives inquiétudes. Sa façade a dû être étayée pour éviter son effondrement. Pour qu'il puisse survivre, ce monument doit être réutilisé par la ville, mais les plans n'aboutissent pas. Ce gymnase devrait faire l'objet d'une fiche-action si l'on veut sauver définitivement cet élément majeur de notre patrimoine.

[...]
 
Emmanuel Copin, 30 octobre 2014

°°°°°°°°

ET ENSUITE ?

Cliquez pour agrandir l'imageNous connaissons maintenant en cette rentrée de septembre les projets de la municipalité concernant le patrimoine et l'environnement de Bry.

C'est "le mot du Maire" de la livraison d'août de "la Vie à Bry" qui nous les dévoile.
Ces projets peuvent difficilement échapper à l'attention de nos concitoyens puisque ce mensuel, "la Vie à Bry", est diffusé "dans toutes les boîtes aux lettres"  à hauteur de 8200 exemplaires...

Voici donc les deux éléments que nous avons retenu pour ce qui nous concerne :

  • le gymnase Léopold Bellan pour lequel il faut "concrétiser nos réflexions pour sa transformation". Cela fait longtemps que ce monument nous interpelle à l'association. Il est inscrit au titre des Monuments historiques mais pas au PLU de notre ville... -ça fait partie des bizarreries-.
Nos lecteurs ont sans doute en mémoire une "Lettre de l'Association" consacrée à cet édifice, parue en mai 2009 déjà. Comme le temps passe ! Notre questionnaire aux candidats y revenait lui aussi, au point n°7 : "Gymnase Léopold Bellan".

  • une nouvelle modification du PLU est envisagée, sous le pieux prétexte de "la nécessité d'adapter nos documents d'urbanisme aux lois Grenelle 2 sur l'environnement".
Espérons au moins que l'environnement bryard n'aura pas trop à en pâtir... On sait ce que ça donne ! On croit "verdir" et on se retrouve avec des immeubles partout !
Et si l'on veut à tout prix remettre ce sujet sur le tapis, de notre côté aussi il y a du grain à moudre ! Quitte à retravailler le PLU, notre questionnaire abordait déjà les points :
n°1 "Déficit d'espaces verts",
n°2 "Protection des arbres remarquables",
n°3 "Jardins cultivés",
n°4 "Protection du patrimoine foncier remarquable",
n°5 "Liste d'édifices protégés"
n°8 "Cahier de recommandations architecturales"
n°10 "Implantation des constructions"
n°11 "Dérogations en faveur des équipements d'intérêt général"
n°13 "Lutte contre la densification".

Rappelons également notre souhait d'être associés aux réflexions. Cela nous paraît la moindre des choses. Voyez le point n° 16 du questionnaire élections.


Le lecteur est surtout invité à consulter les réponses des candidats à notre questionnaire concernant le patrimoine et l'environnement, et tout particulièrement celles de notre maire. Elles se trouvent dans la rubrique consacrée aux élections municipales de 2014.

Idem pour les réponses de l'association à ce questionnaire, ou bien cliquez directement ici.

                                                                                                  Emm. Copin, 15 octobre 2014

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Retour en début de page


  
28 août 2014
Du nouveau au 99 quai Ferber. On se souvient que cette parcelle avait été préemptée en 2008 par la mairie dans le but d'y construire deux immeubles HLM. Un  revirement s'est opéré puisque nous apprenons que par la délibération 2014/D98 du Conseil municipal du 9 juillet dernier, la parcelle de 886 m2 va être cédée à un opérateur privé afin d'y "réaliser un petit immeuble de logements collectifs de standing s'insérant parfaitement dans le cadre privilégié des Bords de Marne" (sic).
Pour l'historique navrant des lieux cliquez ici. Selon nous, la qualité de cadre de vie sur les bords de Marne n'est garantie que par l'absence d'immeubles, et particulièrement devant l'île d'Amour.

11 septembre 2013
L'un des axes majeurs de notre action est la protection du patrimoine bryard. 
La destruction stupide de l'ancienne villa de la Place du Parc, il y a trois ans, est l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire. Pour vous convaincre de cette perte irréparable, voyez ci-après les photos ou cliquez  ici.

Depuis, et peut-être à cause de l'émoi causé par cette perte irréparable, une certaine prise de conscience a permis d'avancer dans la bonne direction. Nous en voulons pour preuve la réhabilitation d'une belle et ancienne demeure signalée par les services de l'Inventaire général du Patrimoine au 110 avenue du Général Leclerc. Détails cliquez ici.

D'autres inventaires ont été réalisés. Ainsi le cimetière de Bry, qui a fait l'objet d'une notice dans un site internet très consulté et que nous vous proposons de découvrir.
Lorsqu'il y a démolition, ce ne sont pas seulement des monuments que nous perdons, mais aussi une partie de notre histoire et faut-il le dire, une partie également de nous-mêmes.

Notre forum
N'oubliez pas le forum de notre site. Lancé le 16 avril 2010, il permet aux Bryards de parler librement de ce qui se passe à Bry.
On rappelle que l'opinion des posteurs n'engage qu'eux et ne reflète pas obligatoirement celle de l'association.


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : jeudi 30 octobre 2014